S’entraîner avec un sac de sable

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :


L'exercice d'aujourd'hui, le squat avant, est effectué à l'aide d'un sac de sable. Cet accessoire d'entraînement est de plus en plus populaire depuis quelques années, notamment pour la préparation physique spécifique de combattants pratiquants divers arts martiaux. Ils affectionnent se produit principalement, car la forme ressemble davantage au corps humain que des haltères de fonte, ce qui leurs permet de s'entraîner en imitant le plus fidèlement possible les mouvements exécutés dans leurs disciplines respectives.

L'entraînement avec le sac de sable; pertinent pour tous?

Bien que cet outil soit davantage utilisé dans le milieu sportif, il reste toutefois intéressant pour toute personne souhaitant s'entraîner à domicile ou en plein air. Pourquoi? Tout d'abord, il constitue une source de résistance instable puisque, si vous le remplissez adéquatement, le sable se déplace à l'intérieur de la poche de façon à augmenter l'effort musculaire nécessaire afin de stabiliser la charge. De plus, les nombreuses poignées vous permettront de compléter vos séances d'entraînement en utilisant plusieurs prises différentes avec un seul accessoire. Il est également de savoir que la construction solide de ce sac vous offrira la possibilité d'exécuter certain exercice de puissance nécessitants un lancer ou une projection de la charge sans endommager votre plancher. En terminant, je conseille aux bricoleurs qui voudraient confectionner eux-mêmes leurs sac de sable de renforcer énormément les coutures afin que le sac supporte des charges assez lourdes.

share

Bébé Camille à l’entraînement

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :


En ce lundi de congé, je n'ai pas pu m'empêcher d'entraîner ma petite fille âgée de 5 mois à peine. L'exercice présenté sur cette bande vidéo sert à développer son équilibre, sa motricité globale, sa posture, mais, avant tout c'est un jeu très amusant tant pour elle que pour les gens qui la regarde. Voici donc ma petite Camille en camp d'entraînement sur son Jolly Jumper.

share

Je réutilise les vieux pneus de tracteur

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

L'exercice présenté dans ce vidéo, est une version du soulevé de terre réalisable en plein air. Il sollicite les muscles de la chaîne postérieure ainsi que vos quadriceps, vos abdominaux, vos épaules et vos bras. En augmentant le poids du pneu, vous travaillerez davantage votre force. Dans le cas présent, je soulève une charge modérément lourde qui me permettra surtout d'accroître mon endurance musculaire. Notez également que cet exerciseur non-conventionnel m'oblige à descendre plus près du sol que lorsque j'exécute un soulevé de terre avec la barre olympique puisque je dois passez mes doigts sous le pneu. Je travaille donc ce mouvement sur une plus grande amplitude, ce qui augmente l'effort nécessaire pour déplacer la charge.

Où trouver de tels pneus?

Vous pouvez trouver des pneus comme celui-ci à l'éco-centre de votre municipalité ou chez un détaillant de tracteur.

Combien dois-je investir?

En fait, je n'ai rien payé au commerçant chez qui j'ai été chercher mes deux pneus. J'ai par contre offert un dîner au restaurant à mon beau-père pour son aide et sa remorque.

share

Exercice d’étirement pour les pectoraux

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

L'exercice proposé ci-dessus est excellent pour améliorer la flexibilité des pectoraux. En augmentant, la flexibilité de ce groupe musculaire, vous pourriez constater une amélioration de votre posture et de vos performances dans plusieurs activités physiques. En effet, la plupart des gens ont les épaules passablement enroulées vers l'avant et cet exercice devrait contribuer à les ramenées vers l'arrière. Au niveau de vos performances sportives, une plus grande amplitude de mouvement facilite l'efficacité mécanique et permet généralement un gain en puissance ainsi qu'en force.

share

Qu’est-ce qui influence l’estimation de votre adiposité?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

Il est idéal, afin d'obtenir une estimation fiable de votre pourcentage de gras, de prendre vos mesures en débutant votre journée. De plus, si vous utilisez un pèse-personne utilisant le concept de bioimpédance, assurez-vous d'avoir complété votre vidange gastrique avant d'embarquer sur la balance. Assurez-vous également d'être bien hydraté, de ne pas avoir pratiqué d'activité physique dans les heures précédant la mesure. Bien sûr il s'agit ici de ne pas s'entraîner à intensité modérée ou intense. Vous pouvez évidemment marcher à basse intensité ou jardiner sans fausser l'estimation. Lorsque vous utilisez la bioimpédance, il est préférable d'entrer votre âge, votre genre, votre âge et votre niveau d'activité physique avant de monter sur la balance. Évitez également d'exécuter le protocole par température extrême. Si vous estimez votre taux de gras corporel, il est aussi avisé d'avoir recours aux services du même kinésiologue afin d'évaluer et de réévaluer votre adiposité afin de diminuer le pourcentage d'erreur. Sachez, de plus, qu'il est important d'utiliser les mêmes sites de mesure d'une fois à l'autre lorsque vous vous fiez aux pinces, puisque la répartition des graisses est différente pour chacun. En terminant, je parle ici d'estimation de votre adiposité, car la seule manière de connaître votre pourcentage de gras réel est de procéder à votre dissection; ce qui pose un léger problème éthique.

share

Êtes-vous de plus en plus ferme ou flasque?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

La plupart des gens désirant maigrir évaluent leurs résultats en se pesant et en mesurant les circonférences de plusieurs segments corporels; notamment les tours de hanches, de bras, de poitrine et bien évidemment de taille. Bien que ces mesures soient intéressantes et plutôt révélatrices, elles n'indiquent en aucun cas si votre corps devient de plus en plus ferme.

Parce que personne ne veut être léger et flasque

Lorsque quelqu'un désire maigrir, il souhaite abaisser son pourcentage de gras. Cependant, nous entendons souvent des gens de notre entourage dire qu'ils doivent perdre du poids. Cette affirmation, bien que partiellement exacte, est quelque peu fausse. En fait, les personnes souhaitant maigrir doivent à coup sûr diminuer leur pourcentage de tissus adipeux, mais pas nécessairement leur poids corporel. Effectivement, certaines personnes pesant 175 livres sont plus maigres que d'autres ne pesant que 120 livres.

Comment savoir si vous maigrissez?

La meilleure façon de savoir si vous maigrissez est de mesurer régulièrement votre pourcentage de gras. Puisque la plupart d'entre nous n'ont pas accès aux instruments sophistiqués utilisés en laboratoire, je vous suggère de vous équiper d'un pèse-personne estimant votre adiposité par bioimpédance. Vous pouvez également utiliser la somme des plis cutanés afin d'estimer votre taux de gras à domicile. Sachez cependant que vous devrez avoir recours aux services d'un professionnel afin d'obtenir des résultats fiables avec cette méthode.

Dans mon prochain article, je vous exposerai les facteurs influençant la précision de la mesure de votre adiposité.

share

L’homme, un descendant du singe?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

Bien que le singe photographié ci-dessus semble plus à l'aise que les humains de cette bande vidéo, je tiens à souligner que les participants que vous trouverez dans l' extrait vidéo font preuve d'une force relative, d'une proprioception et d'une coordination exceptionnelle  afin de réaliser de telles prouesses. Difficile de penser, suite à ce visionnement, que nous ne descendons pas du singe, car même s'il ne s'agit en aucun cas d'une preuve irréfutable du lien entre les deux espèces, il y a toutefois de curieuses ressemblances...

share

Endossez la Coalition Poids

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

À l'heure où le monde politique québécois est éclaboussé quotidiennement par divers scandales, le cynisme populaire envers nos élus est à son comble. La semaine dernière, plusieurs personnes ont signalé leur appui au projet de surtaxe sur les boissons gazeuses et énergisantes mis de l'avant par la Coalition Poids. Si vous avez cliqué sur lien qui se trouvait au bas de l'article, vous avez peut-être constaté qu'il est possible d'endosser les actions de la coalition en remplissant un formulaire internet.

Pourquoi endosser la Coalition Poids?

Tout simplement, car en endossant ce regroupement dont vous partagez les valeurs, vous augmenterez l'impact de leurs prises de positions aux yeux de nos institutions en plus d'être davantage informés quant à l'évolution des politiques en santé préventive au Québec. De plus, vous contribuerez à faire changer les choses gratuitement et ce, en quelques secondes.

Pour endosser la Coalition et contribuer à notre santé collective  présente et future; cliquez sur le lien suivant et remplissez le formulaire internet se trouvant sur cette page:

http://www.cqpp.qc.ca/fr/partenaires/endosser-la-coalition-poids

Vous pouvez également appuyer la Coalition Poids sur Facebook en cliquant sur J'aime.

share

La question qui tue

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

Cette semaine, j'ai posé la question qui tue à une cliente qui m'expliquait comment elle planifiait perdre une cinquantaine de livres en ne mangeant pratiquement plus de glucides et en augmentant sa consommation de protéines afin de fondre sans toutefois ressentir la faim.

La question qui tue et permet de bâtir un plan d'action durable

Après avoir écouté tout son plan attentivement, je constatai que sa volonté était de fer. Il faut savoir quelle avait déjà réussi 2 fois à perdre ces livres excédentaires auparavant. Vous l'aurez peut être deviné, entre ces deux réussites elle avait malheureusement repris la totalité du poids initialement perdu. Aujourd'hui, je la rencontre dans sa cuisine, revenue au point de départ après avoir suivi une diète à très faible teneur en glucides et en calories prescrite par un médecin de Laval. Voici donc cette fameuse question qui a fait réaliser à ma cliente que l'idée de recommencer cette diète dépassée entraînant inévitablement un regain de poids éventuel était ridicule. En terminant notre séance je lui ai dit la phrase suivante: toi qui me dit être une amante des pâtes alimentaires, un aliment très riche en glucides, es-tu prête à renoncer à ce plat délicieux toute ta vie tout en t'engageant à suivre cette diète hyperprotéinée pour le reste de ton existence?

Au-delà de la perturbation des niveaux de leptine

Bien que nous sachions maintenant qu'une restriction calorique sévère prolongée entraîne nécessairement une diminution du métabolisme basal ainsi une perturbation des niveaux de leptine et de ghréline, deux hormones régulant l'appétit chez l'humain, ayant pour conséquence d'augmenter la sensation de faim; la tentation de recourir à ces diètes sévères est très forte chez beaucoup de gens présentant un problème de poids. Pourquoi? Parce que ce type de diète fait généralement perdre beaucoup de poids rapidement. Par contre, plus la restriction calorique quotidienne est majeure, plus le métabolisme de base risque d'être affecté à la baisse. Notez qu'une réduction marquée du métabolisme basal a trop souvent pour conséquence de rendre l'individu plus lourd et plus gras qu'avant le début de sa fameuse diète miracle quelques mois à peine après l'interruption du régime en question. Une fois le poids repris, la tendance habituelle est la suivante; j'avais réussi, je n'ai pas été assez discipliné, je suis plus gros que jamais, je vais refaire ma diète et cette fois-ci ce sera la bonne...je ne craquerai pas. Voilà le discours interne de beaucoup trop de gens en surpoids qui ne voient plus la lumière au bout du tunnel et qui se considère de plus en plus lâches et gros à vie à chaque tentative de perte de poids ratée. Et si une simple question changeait la façon dont les gens planifie leurs perte de poids. En fait, lorsque je discute du plan de perte de poids avec mes clients je m'assure de leur poser la question suivante; souhaitez-vous adopter cette nouvelle habitude toute votre vie? Si oui, cette habitude fera partie du plan, sinon elle ne vaut pas la peine que l'on s'y attarde. Cette question s'applique bien sûr à  la modification des habitudes alimentaires ainsi qu'en activité physique. En effet, il est préférable de s'entraîner trois fois  minutes par semaines pendant cinquante ans plutôt que de s'entraîner six fois une heure par semaine pendant trois ans et d'arrêter ensuite, car on s'est épuisé et que l'on perdu l'intérêt de bouger. Au fond, adopter de saines habitudes de vie doit se faire dans le plaisir. Alors, la prochaine fois que vous souhaiterez modifier vos habitudes de vie, posez-vous la question que je pose à mes clients et vous saurez si votre solution est viable.

share

Pour une surtaxe sur les boissons sucrées et énergisantes

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

Il y a quelques mois, j'étais en vacances avec ma petite famille chez nos voisins du Sud et j'ai été renversé par l'impact ravageur des habitudes de vie malsaines d'un bon nombre d'américains. L'effet dévastateur le plus visible au royaume de la malbouffe, où l'on se gave trop souvent de PFK en contemplant les hamsters obèses de l'émission Biggest Loser se faire crier après par leur entraîneurs-sergent, était évidemment l'épidémie d'obésité. À chaque visite à l'épicerie j'étais abasourdi de constater l'importance qu'occupait la malbouffe et les mets préparés à faibles valeurs nutritives dans le panier d'épicerie américain typique. Une fois de retour au pays de la poutine, je ne cessais de demander à mes proches s'ils seraient pour une surtaxe sur la malbouffe servant à financer les initiatives québécoises en santé préventive. Un point ressortait de ces discussions. Tous semblaient d'accord qu'il serait difficile de dresser une liste d'aliments néfastes pour la santé. Alors que je tentais moi-même de dresser une liste des aliments à taxer, un animateur de la radio FM mentionne  que la très crédible coalition poids propose d'imposer une taxe supplémentaire d'un sous pour chaque litre de boisson sucrée et énergisante vendu afin de compenser pour les conséquences dévastatrices que ces breuvages ont sur la santé des québécois et pour éponger très légèrement les coûts en santé reliés à l'obésité.

Pour ou contre cette taxe?

Je vous pose donc la question suivante; êtes-vous pour ou contre cette taxe? De plus, il serait intéressant de justifier votre opinion afin de d'enrichir le débat.

Pour une taxe de 10%

Alors que la proposition minimale suggérée par la coalition devrait générer un peu plus de 8 millions de dollars de revenu et qu'une taxe de 5% pourrait permettre de quintupler le budget gourvernemental destiné à financer l'assainissement des services alimentaires dans le milieu scolaire québécois, je souhaite que le gouvernement Charest mette ses culottes et fasse preuve de vision à long terme en imposant une surtaxe de 10% sur ces produits afin de générer environ 80 millions de dollars annuellement. En réinvestissant cette somme en santé préventive, le gouvernement ferait un pas de géant dans la bonne direction qui aurait un impact positif réel et tangible sur le Québec d'aujourd'hui et de  demain. Espérons que nos élus cesseront un jour de gérer exclusivement en fonction de leur réélection et en se laissant intimider ou acheter par divers lobbys puissants afin d'accomplir leur seul et véritable mission: servir les intérets du Québec.

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus sur l'impact anticipé de cette taxe: http://www.cqpp.qc.ca/fr/dossiers/taxe-boissons-gazeuses-et-energisantes/impacts-de-la-taxe

share

Page 14 of 18« First...1213141516...Last »