Monter sur le podium en mangeant des chips

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

Depuis des lunes, les riches compagnies productrices de malbouffe s'associe à nos athlètes d'élite. Cliquez ici afin de lire cet excellent article de Mélanie Olivier, une nutritionniste réputée travaillant auprès de nombreux athlètes olympiques et professionnels, portant sur le lien douteux unissant malbouffe et athlètes de haut niveau ainsi que sur les répercussions de ces commandites.

share

Vos amis sont-ils minces?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

Des statistiques intéressantes démontrent que votre entourage contribue à vous faire maigrir ou engraisser. On peut donc penser que l'embauche d'un modèle de santé tel un entraîneur privé, vous aidera à maigrir et à devenir physiquement actif. Cliquez-ici, afin de lire cet article intéressant publié sur cyberpresse.ca.

 

share

Réglementer l’accès aux sucreries…100% pour!

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

 

Afin de lire cet article intéressant portant sur une réglementation limitant l'accès des mineurs aux sucreries, cliquez ici. Que vous soyez pour ou contre, il faut tout de même envisager cette option afin de prévenir les graves problèmes de santé occasionnés par une surconsommation de sucreries. Bonne lecture!

 

share

La malbouffe dans les arénas

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

La qualité des aliments que l'on retrouve dans les casse-croûtes à l’aréna laisse souvent à désirer: une canette de Coca-Cola contient environ 8 cuillères à thé de sucres ajoutés ! Les frites quant à elles peuvent contenir jusqu’à 7 cuillères à thé de gras ! Comme disait Mélanie Olivier lors d’un reportage sur la malbouffe à l'aréna à l'émission «L'Épicerie»: «Si on prend pour acquis que ce sont des jeunes qui sont là pour faire de l’activité physique, du sport, être en santé, c’est un paradoxe qui n’a pas de sens. » L’organisme Hockey-Québec se préoccupe aussi de la présence d'autant de malbouffe dans nos arénas et a produit à cet effet un guide de nutrition en collaboration avec les nutritionnistes de VIVAÏ pour conscientiser les jeunes athlètes.

Pour la suite de cet article intéressant de Mélanie Mantha, diététiste chez Vivaï Nutrition, cliquez ici.

share

Les 57 millions de filleuls de Ronald McDonald

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

N'ayez crainte, je ne suis en aucun cas un pro-McDo. En fait, il y a quelques mois, pendant un match du Canadien, un représentant de Vision Mondiale s'est présenté à ma porte. Bien que ma conjointe et moi n'apprécions généralement pas recevoir la visite de colporteurs, surtout à l'heure du souper, nous étions absolument incapables de fermer la porte au visage d'Abdou. Disons que c'est drôlement plus difficile que de changer de poste lorsque leur publicité passe à la télé. Alors, pour faire une histoire courte, nous parrainons un petit Malien nommé Diagui âgé de 7 ans pour la modique somme de 35 dollars par mois.

Envoyons notre graisse en Afrique

Selon les chercheurs de l'Imperial College de Londres, en Grande-Bretagne, et de l'Institut de recherche Population et santé à Hamilton au Canada; 500 millions d'adultes de plus de 20 ans sont obèses. De plus, selon l'Unicef, 650 millions d'enfants grandissent au sein d'une famille subsistant avec moins de 1 dollar par jour. Bien que l'obésité ne soit pas simplement causée par une surconsommation calorique exorbitante, il est facile de penser que si nous réinvestissions adéquatement les sommes investies dans la consommation de malbouffe, nous pourrions atténuer énormément les problèmes de sous-alimentation à l'échelle planétaire.

 

Et si McDonald's avait 57 380 952 de filleuls

Puisque le parrainage d'un enfant de Vision Mondiale coûte annuellement 420 dollars, déductibles d'impôt de surcroît; on constate que si tous les clients de McDonald's à travers le globe avaient décider de prendre leur McBudget annuel, qui se chiffre à plus de 24 milliards de dollars, et de l'utiliser afin de parrainer un enfant pauvre, plus de 57 millions auraient mangé à leur faim et obtenu une scolarisation convenable. Et ça c'est seulement en réutilisant le chiffre d'affaires de l'emblème mondial de la malbouffe. Incroyable, n'est-ce pas? Imaginez un peu comment nous pourrions améliorer la situation mondiale et régler quasi-totalement le problème mondial que représente l'obésité simplement en mangeant des aliments sains et non-transformés tout en écoutant nos signaux de satiété et en réinjectant les sommes colossalles préalablement accordées à la consommation néfaste de malbouffe afin de lutter contre la pauvreté. Bref, maigrissons afin d'engraisser le tiers monde.


 

share