Pour en finir avec les diètes

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

Il y a quelques années, une cliente médecin m'a recommandé de lire un ouvrage intitulé Mangez! écrit par la nutritionniste Guylaine Guevremont et la journaliste de La Presse Marie-Claude Lortie. Soixante-douze heures plus tard, ma vision d'entraîneur personnel était perturbée. En lisant ce livre traitant de l'approche intuitive anti-régime et pro-gourmandise, je découvrais une approche qui  conviendrait tellement à plusieurs de mes clientes qui s'imposaient années après années les diètes restrictives du moment en espérant enfin prendre le dessus sur leur corps et maigrir pour de bon sans y parvenir.

Ce plan nutritionnel qui ne vous fait pas maigrir

Depuis plusieurs années, je conseillais à tous mes clients souhaitant maigrir de consommer moins de calories qu'ils en dépensent en s'assurant de manger de façon équilibrée, d'augmenter à tout prix leur consommation de fruits et légumes, de privilégier les sources de protéines maigres, de manger des produits céréaliers à grains entiers, d'opter autant que possible pour des gras insaturés, de consulter une nutritionniste dans le but de déterminer la quantité de nourriture à ingérer tout en s'entraînant au moins 3 jours par semaine. Bref, tout ce qu'on nous apprend dans le cours de nutrition offert aux étudiants en kinésiologie et qui scientifiquement parlant a beaucoup de sens. Le seul petit hic, c'est l'application de ces beaux principes dans la vraie vie.

Manger équilibré et l'équilibre mental

Alors, bien que certains de mes clients maigrissaient en suivant ce type de recommandations, un bon nombre d'entre-eux ressentaient énormément de difficulté à suivre leur plan nutritionnel et, par conséquent, n'obtenaient pas les résultats escomptés. Comme tout entraîneur qui se respecte, selon ma conception de l'époque, je leur rappelais le caractère crucial de suivre le plan cartésien construit par une diététiste dans le but de maigrir. Bien que, pendant les épisodes de motivation nutritionnelle ces clients perdaient quelques livres, ils les regagnaient généralement en quelques mois pour diverses raisons. Ce qui amplifiait les sentiments d'échec, de culpabilité, d'impuissance tout en écorchant au passage leur estime personnelle. Disons que nous étions loin de l'acquisition de saines habitudes de vie. Mais pourquoi ces personnes n'arrivaient-elles pas à suivre le plan nutritionnel?

Ne regardez surtout pas à votre droite

Si vous venez de vous retourner à droite, vous réagissez un peu comme mes clients qui ne respectaient pas le plan nutritionnel qui leur était proposé et se laissaient tenter par l'interdit. Cette tendance est très répandue et expliquerait en partie pourquoi plusieurs personnes ne réussissaient pas à maigrir même si le plan nutritionnel qui leur était proposé semblait, a priori, sensé. Mais comment retrouver une composition corporelle naturelle et génétique si on ne désire pas suivre un plan nutritionnel avec restriction calorique?

95% d'échecs

Avant de vous proposer une alternative à la folie de toutes ces diètes restrictives, j'aimerais illustrer l'inefficacité des diètes restrictives à moyen et long terme avec quelques statistiques évocatrices. En fait, selon les travaux effectués en 2007 par Mann et ses collègues, cinq ans après avoir perdu du poids, 95% des gens ont repris le poids perdu ou même davantage en plus de ressentir de profonds sentiments d'échec, de détresse et de culpabilité. Et, trop souvent, ces personnes se retrouvent prisonnières de la spirale infernale des diètes.  Admettons que ces statistiques n'appuient pas du tout les promesses irréelles des supposés cliniques et produits miraculeux faisant miroiter des résultats rapides, incroyables et durables.

Une lumière au bout du tunnel

Si vous désirez retrouver un poids naturel et que vous souhaitez en finir avec les diètes restrictives, lisez attentivement les prochaines lignes. Contrairement aux diverses diètes néfastes, l'approche anti-régime et pro-gourmandise privilégiée par Guylaine Guevremont et son équipe multidisciplinaire de la clinique Muula est une alternative viable visant à reconnecter l'individu sur ses signaux de faim et de satiété. Bref, lorsque la personne souhaitant maigrir réapprend à manger ce qu'elle aime, sans interdit alimentaire, lorsqu'elle a faim et à arrêter de se nourrir au moment où elle se sent rassasiée, sa composition corporelle se réajustera tranquillement jusqu'à ce qu'un point d'équilibre sain soit atteint. Sachez qu'il est fort possible que la composition naturelle atteinte ne corresponde pas à la silhouette photoshopée d'une mannequin qui entretient possiblement une relation malsaine avec la nourriture et l'activité physique afin de se conformer à la silhouette idéalisée par les magazines et l'ensemble du monde médiatique. En fait, cette approche vise prioritairement à améliorer la santé globale des personnes tout en laissant le corps trouver son point d'équilibre santé. À ce point d'équilibre, certains seront plus minces et d'autres plus ronds tout simplement parce que nous sommes tous uniques et, pour cette raison, il est nuisible de viser à se conformer à tout prix à une image corporelle qui ne correspond pas nécessairement à notre poids naturel.

En terminant, si vous désirez améliorer votre rapport à la nourriture et réapprendre à écouter et respecter vos signaux de faim et de satiété afin de retrouver une composition corporelle saine tout en savourant des aliments délicieux et en profitant au maximum de votre vie, cliquez ici afin de visiter le site de la clinique Muula. Et, si vous désirez vous mettre en forme et découvrir des activités physiques plaisantes, téléphonez-moi au 514 688-9130.

 

share

Perte de poids et glucides: Un mythe résistant!

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

Aujourd'hui, je vous recommande de lire cet article de Kate Comeau, nutritionniste sportive de Vivaï nutrition. Elle fait la lumière sur la croyance populaire selon laquelle la consommation de glucides freine la perte de gras. Alors, sans plus tarder, je vous invite à lire ce billet pertinent pour tous ceux qui s'intéressent à la mise en forme et l'amaigrissement en cliquant ici.

share

Deux doigts qui changèrent ma vie

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

 

 

Lorsqu'il s'agit de modifier vos habitudes de vie afin d'atteindre vos objectifs, il est souvent important de ressentir un sentiment d'urgence. Puisque je suis entraîneur personnel, la vaste majorité de mes clients cherchent à maigrir. Pour cette raison, j'utiliserai l'exemple de la perte de gras afin d'illustrer comment il est crucial de percevoir l'urgence de la situation afin d'adopter de nouvelles habitudes de vie pour toujours.

Implanter un changement généralisé

Tout d'abord, la plupart des gens visant un amaigrissement modéré à important doivent repenser la totalité de leur mode de vie. En effet, la pratique isolée de 3 à 5 heures d'activités physiques modérées à intenses vous permettra probablement d'améliorer votre condition physique générale, sans toutefois vous faire maigrir de façon considérable. Il faudra sûrement apporter quelques modifications tant sur le plan nutritionnel qu'au point de vue du sommeil, de la gestion du stress ainsi que sur le niveau d'activité physique à l'extérieur des séances d'entraînement. Et, pour adopter ce nouveau mode de vie nomade qui contraste énormément par rapport au rythme de vie sédentaire malheureusement très répandu au sein de la population; vous devrez vous armer de courage et de persévérance. Or, ces deux qualités sont généralement amplifiées quand notre système d'alarme interne se déclenche.

Quand deux doigts changent une vie pour toujours

Les gens de mon entourage savent que j'ai toujours été sportif. Je n'ai pas de mérite, j'adore tout simplement l'activité physique. Par contre, de l'âge de 14 à 18 ans je me suis gavé de malbouffe jusqu'à retrouver du sang dans mes selles. Je dois dire que ça a été tout un choc quand, à 18 ans, je me suis ramassé dans le bureau du gastro-entérologue avec ma mère afin de savoir ce qui se passait avec mon appareil digestif. En fait, c'est dans ce bureau que mon alarme intérieure s'est mise à crier à tue-tête. Bref, au moment où le médecin m'a demandé de baisser mon pantalon afin de me faire le toucher rectal, j'ai immédiatement chercher une alternative. En quelques secondes seulement, nous en avons trouvé une qui me plaisait davantage. J'ai donc convenu avec ce spécialiste du système digestif d'arrêter la malbouffe pendant 3 semaines afin d'observer si les saignements arrêteraient. Après quelques jours seulement, tout était rentré dans l'ordre et j'ai perdu 15 livres en 4 mois sans efforts additionnels. C'est fou quand j'y repense. Ma mère me disait sans cesse de mieux manger et je riais d'elle avec une bouteille de Pepsi dans une main et un sac de Doritos dans l'autre, mais dès qu'un docteur enfile un gant de latex, je m'empresse d'assainir mon alimentation. Et vous, quel à été votre déclencheur?

 

 

 

share

N’est stupide que la stupidité?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

 

Forrest Gump, ce personnage lent d'esprit au grand coeur devenu un incontournable du cinéma américain, affirmait que n'est stupide que la stupidité. En passant, pour les nostalgiques, j'ai inséré un extrait de ce célèbre film ci-dessous. Cela dit, cette semaine, un nouveau client m'a donné sa propre définition de la stupidité et je souhaite la partager avec vous aujourd'hui. Selon lui, la stupidité consistait à répéter les mêmes actions dans le but d'obtenir des résultats différents.

 

Appliquons ce principe à la mise en forme

En tant qu'entraîneur personnel, j'ai souvent dû modifier le plan d'entraînement ou les habitudes de vie de mes clients afin que ceux-ci atteignent leurs objectifs. Jusqu'à maintenant, vous vous dites sûrement qu'il n'y a rien de bien étonnant puisque mon travail d'entraîneur privé consiste principalement à établir un plan d'action gagnant et de travailler avec mes clients afin que ceux-ci le respecte dans le but d'atteindre le but préalablement fixé. Par contre, j'ai souvent rencontré des personnes très réticentes à modifier leur formule tant au niveau de l'entraînement que de l'alimentation même si leur méthode ne permet pas de réaliser leurs objectifs.

Soyons bien clair

Lorsqu'il s'agit d'atteindre un résultat tel qu'une réduction du pourcentage de gras, un gain de masse musculaire, une amélioration de votre capacité aérobie ou une augmentation de vos performances au tennis, il faudra à coup sûr changer votre recette si votre situation actuelle ne satisfait pas vos attentes. Alors, si vous effectuez 500 répétitions de redressements assis pour renforcer vos abdominaux à chaque jour tout en sautant le déjeuner et que vous buvez 2 verres de vin au souper, car c'est supposé être bon pour le coeur, mais que vous présentez une surcharge adipeuse au niveau de l'abdomen; faites équipe avec un kinésiologue et un diététiste afin de suivre un plan équilibré, personnalisé et réaliste qui vous permettra d'enfin réaliser votre plein potentiel. Bref, si vous désirez progresser et que vous êtes sur un plateau, il est impératif de changer votre recette. Sinon vous continuerez à faire du sur place et vous vous découragerez probablement.

Une précision sur le vin

En terminant, je veux préciser que même si quelques études vantent les bienfaits d'une consommation modérée de vin sur la santé; il est aussi indéniable que la consommation régulière d'alcool freinent généralement la perte de gras. Donc, afin de profiter des bienfaits du vin, vous devez présenter une composition corporelle saine. En effet, si vous êtes obèse partiellement en raison de votre consommation de vin, il est primordial de la réduire.

share

Vous brossez-vous les dents 3 fois par semaine?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

 

Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'aimerais savoir quelque chose. Vous brossez-vous les dents seulement 3 fois par semaine? J'espère que non... Mangez-vous des fruits et légumes seulement 3 jours par semaine? Bien sûr que non. Mais pourquoi beaucoup de Québécois se donnent comme objectif d'être physiquement actifs seulement trois jours par semaine? Possiblement, parce que le gouvernement a trop longtemps véhiculé le message suivant selon lequel il faut faire de l'activité physique modéré à intense au moins trois fois par semaine afin d'en tirer des bénéfices santés. Comprenez-moi bien, je suis tout à fait conscient qu'il est préférable de s'entraîner à trois reprises dans la semaine que de ne rien faire. Par contre, je crois que cette perspective gouvernementale est partiellement responsable de l'épidémie de sédentarité qui fait rage au Québec.

S'entraîner 5 à 6 fois par semaine changera vos perceptions

Je vous confirme que pour la vaste majorité des clients à qui j'ai suggéré de passer de 3 séances de 45 minutes à 5 séances de la même durée sur une base hebdomadaire; la deuxième option s'avérait la plus facile à intégrer à l'horaire. À première vue, cette affirmation semble probablement loufoque. Pourtant, je l'ai observé auprès de ma clientèle. Au fait, la raison est bien simple quand on s'arrête à y penser. Puisque le principal obstacle à l'adhésion à un plan d'entraînement n'est pas le manque de temps, mais bien le manque de motivation, il est fréquent de constater que les gens qui s'entraînent 3 fois par semaine le font généralement rationnellement afin de suivre les recommandations minimales auparavant proposées par notre système de santé. Or, afin d'être physiquement actif toute sa vie, il est préférable d'aimer l'activité physique. En fait, j'ai remarqué que mes clients s'entraînant 5 à 6 fois sur une base hebdomadaire éprouvent plus de facilité à suivre leur plan d'entraînement à long terme que ceux qui le font 3 fois par semaine pour deux raisons principales. Premièrement, les performances de ceux-ci progressent généralement davantage en raison du volume d'entraînement plus élevé, ce qui est plutôt encourageant et valorisant. Et, deuxièmement, le simple fait de pratiquer une activité physique modérée à intense quasiment à tous les jours, a tendance à changer la perception des gens face à l'exercice. En effet, les gens qui s'exercent 5 à 6 fois par semaine en viennent généralement à percevoir l'entraînement comme un besoin vital au même titre que l'action de manger ou de dormir, tandis que ceux qui le font à 3 reprises au cours de la semaine ont plutôt tendance à envisager l'exercice comme un devoir ou, pire, comme une corvée à accomplir 156 fois par année. Je ne sais pas pour vous, mais l'idée de réaliser une corvée 156 fois par année ne me réjouit pas particulièrement.

S'exercer, une dose quotidienne de plaisir

Afin d'optimiser votre condition physique, il est généralement préférable de construire votre plan d'entraînement en maximisant le plaisir ressenti à chaque séance. Il faut d'abord découvrir les activités que vous adorez avant d'élaborer un plan d'action qui vous fera progresser tant au niveau de votre condition physique générale que dans les activités physiques que vous avez précédemment identifiées. Alors, si vous êtes adepte du tennis, du golf, du hockey ou des randonnées en montagne, il serait intéressant d'adapter votre programme d'entraînement en fonction des demandes de votre sport préféré. En effet, lorsque vous serez physiquement actif par pur plaisir, vous aurez enfin intégré l'activité physique à votre quotidien et vous passerez de la sédentarité au nomadisme. En terminant, je vous recommande de visionner cet extrait vidéo qui fera certainement surgir en vous de doux souvenirs du temps où exercice rimait avec plaisir.

 

share

Une boisson performante et rafraîchissante

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

 

Aujourd'hui, je vous donne ma recette préférée de boisson de récupération post-entraînement. Vous savez probablement que suite à un entraînement intense il est important de boire un breuvage comprenant des glucides à absorption rapide ainsi que des protéines; au maximum 30 minutes après votre entraînement. Voici ma recette à passer au mélangeur:

 

250 ml de jus d'orange

1 banane

250 ml de baies congelées

1 oeuf

125 ml de blancs d'oeufs

share

Réglementer l’accès aux sucreries…100% pour!

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

 

Afin de lire cet article intéressant portant sur une réglementation limitant l'accès des mineurs aux sucreries, cliquez ici. Que vous soyez pour ou contre, il faut tout de même envisager cette option afin de prévenir les graves problèmes de santé occasionnés par une surconsommation de sucreries. Bonne lecture!

 

share

Obtenez enfin vos fesses de fer

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

Tout d'abord, pour ceux qui n'auraient pas lu mon article intitulé De Johanne à Hulk en une nuit, cliquez ici avant de poursuivre la lecture de cet article, car il vous aidera à comprendre que le simple fait de soulever des charges relativement lourdes ne transformera pas la stature d'une femme en montagne de muscles. D'ailleurs, cet extrait vidéo présentant une femme mince et d'allure athlétique soulevant le double de son poids corporel illustre à merveille que force et puissance musculaire peuvent faire bon mariage avec féminité et fesses de fer. En fait, il est généralement bénéfique pour la plupart des gens d'utiliser des charges permettant  au maximum l'exécution de 15 répétitions ou moins, donc des charges égales ou supérieures à votre 15-RM. Aussi, il est primordial de varier l'intensité, la densité et le volume d'entraînement afin d'optimiser votre entraînement.

Les fameux cours de fesses de fer

Avez-vous déjà participé à un cours de fesses de fer?  Ces séances sont généralement dispensées sous forme de cours de groupe pendant lesquels les participants, notez que  je pourrais ici parler au féminin sans utiliser de préjugés puisque le nom du cours interpelle généralement davantage les femmes, exécutent un nombre mirobolant de répétitions de divers exercices sollicitant les membres inférieurs. Alors, ces programmes comportent généralement plusieurs variantes du squat et des fentes, deux exercices fonctionnels classiques. À ce stade-ci, vous vous dites peut-être que cette recette vous conduira inévitablement vers des fessiers sculptés dans le roc, mais attendez un peu avant de vous inscrire à un de ces cours.

Fesse de fer ne rime pas avec poignée d'amour

Si vous lisez mon blogue, vous savez que la seule façon de raffermir votre corps est de réduire votre pourcentage de gras. Vous êtes aussi au courant que les exercices de musculation ne font en aucun cas maigrir localement. En fait, je n'ai jamais vu une femme au fessiers fermes avec des bourrelets. Alors, même si vous faites 500 squats avec des haltères de 8 livres 3 fois par semaine, comme c'est très souvent le cas dans les cours de fesses de fer, vous ne raffermirez pas de façon significative vos fessiers si vous ne réussissez pas à abaisser votre fameux pourcentage de gras. Par contre, votre endurance musculaire des membres inférieurs et votre dépense énergétique augmenteront; ce qui en soit est tout à fait souhaitable même si ça ne transformera vraisemblablement pas votre postérieur en fesses de fer, à moins que votre pourcentage de gras soit déjà très bas.  Alors, quoi faire pour tonifier vos fessiers?

Deux étapes cruciales afin d'obtenir vos fameuses fesses de fer

La première étape, certainement la plus importante afin de raffermir quelque région que ce soit de votre anatomie, est de maigrir. Et par maigrir, je n'entends pas nécessairement une perte de poids importante sur la balance, mais plutôt une perte de gras. En effet, il est fréquent d'observer qu'une personne perde relativement peu de poids sur la balance, mais réduise cependant son pourcentage de gras de manière significative. Cette situation traduit normalement un maintien ou un léger gain de masse musculaire jumelé à une perte de gras. La deuxième étape, vous l'aurez probablement deviné, consiste à maintenir ou augmenter légèrement la masse et le volume musculaire de vos muscles fessiers en utilisant des charges suffisamment lourdes, généralement beaucoup plus élevés que les haltères utilisés dans les cours de fesses de fer. Donc, vous devrez suivre un plan d'entraînement vous assurant de préserver ou d'accroître votre musculature tout en réduisant votre masse grasse. Notez, que vous devrez également vous assurer d'ajuster vos apports et dépenses énergétiques quotidiens afin d'obtenir un bilan énergétique négatif d'environ 300 à 500 calories par jour, ce qui entraînera un amaigrissement, sans toutefois canibaliser votre masse musculaire comme le ferait une réduction calorique plus marquée. Rappelez-vous, personne ne veut être plus léger et plus flasque. Pourtant plusieurs personnes visant une perte de poids drastique se retrouvent 30 livres plus légères, mais 4 à 5% plus grasses qu'avant l'amorce de leur diète. Donc, elles sont allégées de 30 livres, mais plus flasques et moins fermes, ce qui n'est vraiment pas idéal. Alors, si vous désirez obtenir des fessiers fermes, consultez un kinésiologue qui vous bâtira un plan d'entraînement adapté à vos besoins réels et travaillez avec un diététiste qui s'occupera du volet nutritionnel.

share

La malbouffe dans les arénas

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

La qualité des aliments que l'on retrouve dans les casse-croûtes à l’aréna laisse souvent à désirer: une canette de Coca-Cola contient environ 8 cuillères à thé de sucres ajoutés ! Les frites quant à elles peuvent contenir jusqu’à 7 cuillères à thé de gras ! Comme disait Mélanie Olivier lors d’un reportage sur la malbouffe à l'aréna à l'émission «L'Épicerie»: «Si on prend pour acquis que ce sont des jeunes qui sont là pour faire de l’activité physique, du sport, être en santé, c’est un paradoxe qui n’a pas de sens. » L’organisme Hockey-Québec se préoccupe aussi de la présence d'autant de malbouffe dans nos arénas et a produit à cet effet un guide de nutrition en collaboration avec les nutritionnistes de VIVAÏ pour conscientiser les jeunes athlètes.

Pour la suite de cet article intéressant de Mélanie Mantha, diététiste chez Vivaï Nutrition, cliquez ici.

share

Combien d’éthanoate de 3-méthylbutyl mangez-vous?

Par Thierry Gagnon, kinésiologue

Mots-clés :

 

 

En effet, je crois qu'il est important de se demander combien d'ingrédients chimiques potentiellement nocifs pour notre santé nous ingérons quotidiennement. Tout ça sans parler des pesticides que nous consommons sans trop y penser lorsque nous choisissons des produits non-biologiques. Afin de joindre l'utile à l'agréable, je vous invite à visionner le vidéo ci-dessous dans lequel Louis T, un humoriste de la relève québécoise aux propos succulents, aborde le sujet de l'alimentation.

Croisons-nous les doigts

Mais pourquoi se casser la tête avec de telles questions? Je répondrai à cela par une seconde interrogation. Considérez-vous le tabagisme comme une pratique saine? J'imagine que non. Pourtant, il y a 50 ans, fumer était un geste associé à la jeunesse et au sex-appeal, donc, par la bande, on liait cigarette et santé. C'est sûr que les ventes de cigarettes seraient moins astronomiques si elles mettaient en vedette un homme dans la cinquantaine aux dents brunes en phase terminale du cancer du poumon qui tousse tellement qu'il ne peut plus dormir. Au fait, il est plutôt récent de retrouver un avertissement de toxicité sur les paquets de cigarettes. Rappelons-nous aussi que le Coca-Cola était utilisé pour ces bienfaits médicinaux. Or, 126 ans plus tard, les boissons gazeuses et énergisantes dont fait partie Coca-Cola sont considérées comme une des causes importantes de l'épidémie d'obésité qui afflige les pays occidentaux. Il n'est donc pas fou de pensez que la consommation de ces multiples produits transformés et non-biologiques pourraient avoir des effets dévastateurs sur notre santé à long terme, même si présentement ces impacts ravageurs sont plus ou moins bien documentés. Après tout, le Red Bull, cette boisson qui donne supposément des ailes, est encore considéré comme un produit de santé naturelle à l'heure actuelle... Et vous, combien d'ingrédients non-identifiables avez-vous consommé aujourd'hui? Pour ma part, je suis plutôt fier de ne pas en avoir avalé puisque mon gruau bio matinal parsemé de mûres bio et baignant dans 125 mL de lait bio ainsi que mon yogourt nature de style grec bio contenant 0% de matières grasses. Par contre, mon déjeuner entièrement biologique contenait, quand même, possiblement une faible quantité de pesticides.

share